Actualités Groupe

Diabète et famille

13 novembre 2019

On l’oublie souvent, mais la famille et les proches d’une personne touchée par le diabète subissent aussi, dans une moindre mesure, les conséquences de cette maladie chronique. Crises d’hypoglycémie, changements des habitudes alimentaires, reprise d’une activité physique… Leur soutien est précieux pour permettre au patient d’accepter sa maladie et d’adhérer à sa prise en charge.

 

1) Le rôle de la famille d’une personne diabétique :

Tout d’abord, il est primordial que la famille connaisse cette maladie notamment dans la notion de chronicité, mais aussi l’importance de ralentir son évolution et de ce fait les complications.

La famille a un rôle important notamment concernant le volet de l’alimentation. On entend dire que l’alimentation du diabétique devrait être celle de tous, tellement elle répond à l’équilibre et aux besoins du corps. Et c’est bien VRAI.

Une alimentation très limitée en sucres rapides : mais pour se faire plaisir et selon l’équilibre du diabète, un dessert moyennement sucré peut être permis en fin de repas, le dimanche par exemple. A la famille, qui cuisine, d’adapter la recette pour tous sans forcément utiliser des édulcorants, on divise la quantité de sucre dans la recette par deux, et le tour est joué ! Moins de sucres rapides, c’est aussi moins de risque de stockage et donc de prise de poids.

Alimentation riche en fibres : avec des légumes à chaque repas, et des légumes secs régulièrement (au moins 2 fois/s). Les fibres ralentissent la digestion et donc l’arrivée du sucre dans le sang. Ces légumes peuvent être des crudités, du potage, des légumes cuits. On peut aussi proposer un plat végétarien à base de légumes secs, féculents et légumes ; ou des plats mêlant légumes et féculents comme des pâtes aux légumes, un risotto aux asperges …. Les fibres permettent de manger moins et d’être rassasiées plus longtemps.

Un apport de féculent à chaque repas : permettant d’éviter les hypoglycémies mais aussi une consommation trop importante de pain (avec une charge glycémique plus importante que les féculents). Opter lors des courses pour des féculents complets ou semi-complets et faites le plein de légumes secs ! A appliquer pour toute la famille.

Tous les fruits et légumes sont autorisés : il faut juste adapter les quantités selon la teneur en sucres. Ainsi les fruits les plus sucrés tels que banane, raisins, cerises et figues peuvent être consommés mais en plus petite quantité. Donc pas questions de les supprimer !

La famille, en connaissant bien la maladie, pourra ainsi adapter les repas et les recettes, comprendre quand le diabétique dira NON (je n’en veux plus, ce n’est pas adapté pour moi),  accepter des heures de repas fixes, et encourager le diabétique à bouger.

2) Vitalrest : notre savoir-faire dans la connaissance de l’alimentation du diabétique

Vitalrest s’engage auprès des diabétiques et leurs familles par la mise à disposition d’un guide ayant pour objectif d’aider les personnes diabétiques, mais aussi leur entourage (aidants, soignants …) ; à adapter leur alimentation afin d’équilibrer au mieux leur glycémie et ainsi rester en bonne santé et gagner en qualité de vie.

Ce guide se veut ludique et clair, il s’articule autour de 5 points essentiels à retenir. Un exemple de panier de course et des recettes de base pouvant se décliner de multiples façons illustre les propos de la première partie.

En modifiant des petites choses, cela a un impact important sur l’évolution de la maladie.